visite guidée de l'église

télécharger ce document au format PDF

télécharger ce document en anglais au format PDF

Avant propos 

Le village de Les Alleux est localisé dans le corridor Nord des collines de l’Argonne.

L'origine du nom du village Les Alleux provient de la charte de constitution établie par la Comtesse de Grandpré en 1507, elle a été confirmée quelques années après par l’Archevêque de Reims à des habitants dont les noms sont écrits sur la charte. Les personnes avaient obligation de verser des taxes en nature, il leur est ainsi attribué un «ALLEU».

Les propriétaires d’origine ne pouvaient pas ignorer la communauté, le village était isolé dans la forêt.

Très tôt les hommes exploitèrent la forêt, pour se chauffer avec la fabrication de charbon de bois et pour construire des maisons.

L’église est placée sous le patronage de Saint Jean Baptiste et n’est pas classifiée monument historique car construite à la fin du XIXème siècle. Elle remplace une ancienne église datant de 400 ans sans caractéristique architecturale spécifique reconnue et  probablement détériorée lors de la guerre de 1870 sous Napoléon III, qui a conduit au désastre de Sedan.

Le bel édifice actuel date de la fin du XIXème ou l’on découvre  des inscriptions gravées sur la plaque de marbre située à l’entrée de l’église au bas du clocher sur laquelle est retracée la mémoire de la construction de l’église :

  • Mr Jules Marmottin architecte de l’église,
  • L’Abbé Housseau curé de la paroisse,
  • Mr Hérard maire de la commune,
  • Mme de Granrut et ses enfants, donatrice, en souvenir de Mr de Bigault de Granrut propriétaire du ‘Domaine de Maison Rouge’,
  • Benoit –Marie Langénieux Cardinal Archevêque de Reims qui a béni la nouvelle Eglise

Des membres de la famille de Granrut étaient entrepreneurs, ils avaient développé avec la logistique nécessaire, sur le territoire de l’Argonne, la fabrication de flacons et d’objets en verre moulé.

Cette activité industrielle leur permit de faire des affaires fructueuses notamment suite au lancement des bouteilles de verre de qualité pour la fabrication du Champagne.

Jules Marmottin l’architecte a contribué à l'édification de plusieurs églises et édifices publics,  à proximité de Ste Ménéhould sa région native, dans la région de Coulommiers où il avait les fonctions d’architecte d’état et à Les Alleux.

Le cimetière, qui ce jour s'étend au Sud de l’église, était situé dans le passé au Nord d’une ancienne église construite vers 1600 et partiellement démolie avant la construction de l’église actuelle.

1 - La construction de l’église

planL’Entreprise Générale était Leger Noblet de Neuville Day pour la maçonnerie, la pose des briques et des pierres taillées.

  • Les socles sur lesquels reposent les piliers sont faits de roche de Lérouville.
  • Les colonnettes adossées aux piliers sont en pierre bleue de Givet ayant la consistance du marbre travaillé.
  • Les pierres taillées sont issues des carrières de Savonnière dans la région de la Meuse.
  • Les colonnes de marbre proviennent de Fumay
  • Les carrelages des sols de l’église ont été fabriqués par l’entreprise SAND basée dans le Nord à Feignère.
  • Les sculptures des chapiteaux ont été réalisées par Xavier Mathieu de Reims avec sa grande expérience des monuments.
  • Les fondations sont en béton de chaux hydraulique liant des cailloux de Meuse.
  • Le voile des murs de la Nef est constitué de briques creuses jaunes jointoyées fabriquées à Rethel.

L’architecte Jules Marmottin avait étudié dès la construction, l’installation d’un faux plafond dans la Nef, avec, des solives de chêne apparentes recouvertes de planches en bois s’appuyant sur les pierres de corbeau taillées au haut des piliers. Cette solution n’avait pas été retenue.

Une étude sur la salubrité du travail et des activités impliqués incluant les risques de saturnisme et les conditions de manutention et de support  fut effectuée avant la construction de l’église, pour des raisons de morale et d’éthique entrepreneuriale vis-à-vis des ouvriers et de la qualité.

2 - Extérieur de l’église

egliseLa tour massive du clocher surplombe  le parvis de l’église, elle est sobre de par sa construction en briques et pierres taillées et une croix, une girouette et un coq sont montés à son sommet. Le clocher a été remis en état récemment suite à un coup de foudre, sa structure est maintenant légèrement différente de l’originale.

La toiture de l’église est très élégante, ses poutres de chêne supportent une couverture d’ardoises ardennaises taillées à Fumay, elle est conçue comme la toiture de l’hôtel de ville de Paris.

Les fenêtres hautes et larges de l'abside du Chœur et des chapelles latérales donnent la luminosité qui rend très visible l’intérieur de  l’église.

Les murs extérieurs et murs transverses sont les arcs boutants de l’église et sont en briques apparentes jaune clair rosé. Ils sont symétriques aux aplombs du clocher et des deux chapelles du transept séparant du Chœur.

La façade absidiale très élancée est d’un style assez moderne, c’est la vue la plus belle de l’architecture de l’église.

Au Sud de la façade principale du clocher est appuyée une tour imposante dans laquelle est installé l'escalier d’accès aux cloches.

Les façades latérales Sud et Nord sont austères. Elles sont construites en briques et pierres taillées mettant en valeur les fenêtres des vitraux et la partie haute des murs qui supporte la toiture. Les façades externes de l’église, le portail de l’entrée avec ses voussures en pierre taillées sont sobres.

Vus de l’extérieur les vitraux sont sombres et protégés par des grilles métalliques pour éviter les brisures.

Aucune sculpture ni statue n’est situé à l’extérieur de l’église.

Les gargouilles de débordement des d’eaux de toiture et les alignements de pierres creuses taillées sont posés sur les murs de façade qui supportent  les gouttières. Ils sont protégés par des feuilles de plomb qui maintiennent  et forcent le cheminement d’évacuation des eaux de toiture et jalonnent la périphérie de l’église au bas de la toiture.

Les descentes d’eau typiques en fonte avec leurs anneaux de raccordements décorés évacuent les eaux de pluie.

De chaque coté du Chœur sont situées deux petites salles avec fenêtres protégées de fers entrelacés fixés aux pierres qui les entourent. Ces salles sont isolées du transept et du Chœur de l’église par de grosses portes en chêne.

Les portes d’accès extérieures sont affectées, l’une pour la sacristie où le prêtre peut  préparer l’office, l’autre pour l’enseignement du catéchisme et des concepts  socio éducatifs aux enfants.

Au Sud de l’église est situé le cimetière où l’on peut trouver les traces de l’ancienne population du village.

Au Nord se trouve l’ancien cimetière militaire où sont alignées et fleuries des pierres taillées de l’église construite vers 1600. A proximité, des tables de jeux et de partage social ont été récemment installées pour les jeunes et les anciens. Un verger d’arbres fruitiers de variétés locales  sera implanté pour les habitants de la commune.

3 - Intérieur de l’église

A - Le porche d’entrée sous le clocher

croixL’entrée principale de l’église est construite sous le clocher.

L’accès  principal de l’église se fait par un grand portail en chêne massif supporté par des ferronneries travaillées. Dans la partie supérieure de l’entrée, est posée une plaque de marbre qui trace la mémoire de la construction de l’église.

Côté Nord, ayant franchi la porte, on distingue une croix supportée par un socle qui provient  d’une ancienne chapelle construite vers l’an 1600 à Marcelot. Cette partie du village était la plus importante.

 Côté Sud, se dévoile la porte d’accès en chêne de l’escalier du clocher. A l’opposé de cette porte est implantée une fenêtre en pierre qui réalise la symétrie de l’entrée.

Au plafond de l’entrée on distingue les voûtes de maintien qui supportent la tribune de l’orgue, les trous du passage des cordes qui permettaient autrefois de faire sonner manuellement les cloches, ainsi que la trappe circulaire qui permettait installation et dépose des cloches.

Le clocher en structure de bois où sont positionnées les cloches, est accessible par un escalier de pierre, aboutissant sur une échelle en bois.

Les trois cloches actuelles ont été installées en Mai 1923, en remplacement de celles enlevées par l’armée allemande lors de la Grande Guerre (WW1) pour la fonte de canons et d’armes.

Souscrites par des Paroissiens, les cloches ont été remises en fonction en 1923 et réparées en 2018. Sur celles-ci sont gravés leur nom, les noms du parrain et de la marraine et les circonstances de la donation (‘ma sœur volée par les Allemands le 19 mars 1917’).

  • Grosse cloche : (Pauline Jacqueline) - Latreille Paulin maire -  Madame De Tassigny d’Angleront.
  • Moyenne cloche : (Eugénie Isabelle) - Hérard Louis conseiller municipal - Madame De Bigault de Granrut Charnacé.
  • Petite cloche : (Louise Évangeline) - Louis Brisfert AC14/18 ex lieutenant – Madame Evangeline Latreille.

Une tribune d’accès à l’orgue située sous le clocher et au dessus de l’entrée domine intérieurement la Nef et le Chœur, et sur laquelle il est possible pour des jeunes du village maitrisant la musique de jouer de l’harmonium pendant les offices, donnant ainsi une sonorité musicale harmonieuse aux Paroissiens.

B - La Nef principale

nefLa Nef partie centrale voûtée en forme d’ogive possède quatre travées.

Les clefs-de-voûte restent sobres dans leur design mais assurent la solidité de l’édifice.

Les piliers qui supportent la voûte sont doublés par une colonne de marbre provenant de Fumay ville située dans le Nord Ardennes, ils supportent la voûte et sont surmontés d’un pied de voûte taillé et décoré par un motif classique qui donne du relief.

Les arcs doubleaux sont sobres et ceinturés de briques de teinte rouge donnant un visuel.

Dans la Nef au Nord se trouve une chaire à prêcher en bois ornée de motifs sur laquelle sont sculptés des personnages qu’il conviendrait d’identifier pour expliquer le concept retenu. L’accès à la chaire est un escalier  tournant autour d’un pilier.

Le sol de la Nef couvert de carrelage de ciment décoré est traversé par un couloir central. Les rangées de bancs en bois de chêne massif comportaient dans le passé des places fixes avec des plaques nominatives de Paroissiens les ayant achetées ou louées.

Dans la Nef près du Transept  sont adossées aux piliers  deux statues en plâtre moulé de couleur blanche : au Nord elle représente Saint Eloi avec une mitre, à ses pieds une enclume et à ses mains une crosse dorée et le livre des métiers (la vocation et la reconnaissance vont aux métiers de menuiserie, de forge, d’orfèvreries et de travail de la terre), au Sud elle représente Sainte Thérèse voilée portant une croix et un bouquet de rose.

A proximité du clocher, dans le couloir latéral, adossée au mur Nord est fixée une statue en plâtre moulé blanche qui représente la Sainte Vierge portant un chapelet.

A proximité du Chœur, dans la Nef Sud, est fixée une statue en plâtre moulé de couleur blanche qui représente Saint Antoine de Padoue portant dans les bras un enfant posé sur un livre, un chapelet et une croix.

Dans la partie Sud de la Nef une fresque murale gravée datée de 1739 provenant de l’ancienne église démolie du village, représente la décapitation de Saint Jean Baptiste.

C - Les bas cotés et les couloirs latéraux

bas coteLes bas cotés et les couloirs latéraux Nord et Sud sont limités par les murs extérieurs et par les piliers de support de la voûte de la Nef.

Les couloirs latéraux  conduisent  à partir de l’entrée de l’église  aux chapelles latérales du Transept  et aux portes de la sacristie et de la salle de catéchisme.

Sur les murs des couloirs latéraux sont suspendus les présentoirs du chemin de croix, ce sont de petits tableaux peints, encadrés d’une menuiserie finement taillés, représentant les XV stations.

A l’extrémité du couloir latéral Nord vers le clocher, sont situés le confessionnal et une assise murale non utilisée.

A l’extrémité du couloir latéral Sud sont positionnés les fonds baptismaux qui l’ont l’âge de l’église avec un couvercle en bronze rehaussé d’une croix et cachant deux bassins.

Les fonds baptismaux et le confessionnal sont peut-être inversés, suivant les pratiques cultuelles des églises.

A l’extrémité du couloir latéral Sud près du clocher est fixée sur le mur externe une plaque de marbre mémorisant  les morts du village décédés pour la survie du pays pendant la Grande Guerre 14-18.

A l’extrémité du couloir latéral Nord prés du clocher est accrochée sur le mur extérieur une statue moulée de couleur blanche représentant la Vierge Marie voilée avec un chapelet autour du bras. Cette statue a remplacé la sculpture peinte représentant la Grotte de Lourdes.

Une cheminée non authentique monte dans le couloir latéral Sud semble être prévue pour un chauffage.

Les couloirs latéraux sont utilisés pour des expositions culturelles.

D - Le Transept

transeptLe Transept  avec ses chapelles font la liaison Nord-Sud entre la Nef et le Chœur.

Dans le Transept, sont situées deux chapelles disposant d’un autel classique (tabernacles bloqués entre deux supports latéraux symétriques pour la pose de chandeliers) décorées à la peinture dorée, avec des statues en plâtre moulée polychrome doré

Au Nord une statue représente la Vierge à l’enfant portant une couronne, l’enfant debout sur un globe posé sur un piédestal entouré d’un serpent.

Au Sud une statue dont les décorations ont été détériorées avec le temps, représente Saint Joseph tenant d’un bras un enfant qui supporte un globe, et de l’autre un outil de menuiserie.

Dans le Transept, au niveau du Chœur, dans l’alignement des couloirs latéraux sont situés des petits vitraux décorés de motifs géométriques.

Dans le Transept, à mi hauteur sont visibles des doubles fenêtres en pierre taillée occultées par des briques donnant dans la sous toiture des petites salles de sacristie et de catéchisme.

Dans l’alignement  des couloirs latéraux de part et d’autre du Chœur dans le Transept  sont situés des alcôves décorées surmontées de motifs fleuris de pierre taillées et moulées, intégrant deux statues moulées polychrome :

Au Nord, Sainte Geneviève accompagnée d’un mouton, avec sa médaille crucifère et son bâton manquant.

Au Sud, Saint Roch avec un sac de pèlerin, le doigt levé, avec un mouton à ses pieds et une croix dans sa main.

Dans la chapelle du Transept Nord est positionnée sur le sol une statue en mauvais état, moulée et peinte représentant Sainte Geneviève.

Dans le Transept  sont installés des stalles de bois avec des sièges repliables, symétriquement au Chœur.

La grille délimitant le Transept  de la Nef a été démontée pour être plus proche des Paroissiens.

E - Le Chœur

choeurLe maître autel central dans le Chœur de l’église dédiée à Saint Jean-Baptiste est de style classique. Sur celui-ci est installé un tabernacle encadré de supports à candélabres.

La pierre d’autel a été déposée, son emplacement bouché au ciment, elle est maintenant située dans l’alcôve à droite de l’autel où est situé le bac chauffoir et sa piscine d’évacuation (vers le centre de la terre).

A mi-hauteur sont visibles des doubles fenêtres en pierre taillée occultées de briques donnant dans la sous toiture des petites salles contigües.

Le sol du Chœur est constitué de carrelages et de pierres taillées servant de marches.

Deux Bannières à mi-hauteur sont fixées aux murs et encadrent le Chœur. Elles étaient utilisées pour les processions à la Chapelle Sainte Geneviève de Marcelot.

A mi hauteur au fond du Chœur sont installées deux statues moulées de couleur blanche représentant le Christ avec la croix et Marie une rose à la main.

Dans le Chœur, sur le sol, encadrant l’autel, sont installées trois statues moulées et polychrome représentant  Sainte Germaine ou Sainte Geneviève (une recherche est en cours), portant fuseau et quenouille dont l’une avec son médaillon crucifère ouvrant son tablier sur un bouquet de rose et accompagnée d’un mouton. Ces trois statues ornaient initialement la chapelle de Marcelot.

F - Les vitraux

vitraux Le ministère de la culture a décrit et inventorié les vitraux de l’église de Les Alleux, lesquels ne sont pas formellement protégés. Le rapport d’inventaire avec ses photos commentées est disponible sur internet à  cette adresse internet

.

Les vitraux de l'église de Les Alleux posés dans les années qui ont suivi la construction de l’église, bien qu’ils soient poussiéreux  et avec des infiltrations méritent d’être visités.

Les vitraux sont installés dans les fenêtres murales cernées de pierres taillées qui donnent sur l’extérieur.

Les vitraux sont des assemblages de verres transparents colorés peints (grisaille et sanguin).

Tous les vitraux sont visibles de la partie centrale de l’église, dans la Nef, le Transept  et le Chœur, en regardant en partie haute vers les murs donnant sur l’extérieur.

Le maitre d’ouvrage des vitraux Monsieur Hutin de Reims avait des compétences exemplaires étayées par une grande expérience.

Tous les vitraux, signés et non signés ont été probablement fabriqués par  Roger Desjardin d’Angers successeur de F. Haussaire entre 1926 et 1931.

Sont identifiés six verrières avec des personnages: Couronnement de la Vierge, Décollation de Saint Jean-Baptiste, Sainte Geneviève, Saint Eloi, Saint Louis, Sainte Claire.

Les visiteurs retrouveront les vitraux ouvragés qui représentent :

  • La décollation de Saint Jean Baptiste réalisé par Roger Desjardins d’Angers en 1926
  • Le vitrail double Saint Germain d’Auxerre bénissant Sainte Geneviève.
  • Saint Eloi portant le marteau, l’enclume derrière lui avec sa crosse d’évêque.
  • Sainte Claire, à la mémoire de Mme Eugène de Bigault de Granrut 1838 1908.
  • Le couronnement de la vierge IN PERPETUUM CORONATA TRIUPHAE, don de Madame Lacroix Hérard de Vouziers fabriqué par Roger Desjardins à Angers en 1931.
  • Saint Louis supportant un coussin avec couronne avec une canne en souvenir de Mr et Mme Hérard Bourguignon.

Les autres vitraux, non ouvragés, de l’église sont constitués par des motifs géométriques colorés dont la symbolique est à clarifier.

La composition des couleurs des vitraux est en harmonie avec la symbolique chrétienne, les couleurs chaudes dominent aux fenêtres tournées vers le Sud pour traduire la vie. A contrario les couleurs froides sont aux fenêtres tournées vers le Nord, comme pour rappeler l'existence du mal et la précarité de la vie terrestre.

Les activités du passé

processionLes réservations de sièges sur les bancs de l’église étaient gérées par « La Fabrique » sur un registre encore accessible et disponible en mairie. Ce document créé en 1860 a été tenu jusqu’en 1905 date de référence pour la séparation de l’église et de l’état en France. Dans le passé l’organisation La Fabrique gérait les places avec un système d’enregistrement et identification des places. Dans un registre nommé« Fabrique » on y voit les noms des personnes et des familles ayant loué ou acheté des places. Il y était fait une distinction Hommes/Femmes. Un reçu qui garantissait la bonne gestion était remis aux Paroissiens.

Nous avons tous un souvenir vivace de l'Abbé Marchand, Curé de la paroisse vers 1950 et Père de tous les oratoires célébrant la Vierge situés aux entrées des communes proches de la Région du Chesne, comme celui construit aux Alleux. De plus il a organisé des voyages culturels en bus pour visiter des édifices publics et religieux et des sites, pour des groupes d’enfants des villages environnants.

 Nous nous souvenons aussi de la procession qui avait lieu chaque année, de l’église vers la chapelle de Marcelot, le jour de la fête du village.

--------------------

télécharger ce document au format PDF

télécharger ce document en anglais au format PDF